photo de profil

Yoann Flores

Partenaire de Tualu

3 Livres
15 Questions

Biographie

Pour l'instant, cet auteur n'a pas d'information dans sa biographie.

Bibliographie

Son interview pour Tualu

Une petite présentation pour commencer ?

Je m’appelle FLORES Yoann, j’ai 34 ans et j’habite à La Ciotat. Je suis actuellement auteur d’une trilogie de Science Fiction / Thriller : CGDF 2032-2012. J’ai toujours eu une passion pour les livres qui nous transportent, qui nous émerveille mais aussi, qui nous font réfléchir. Je suis actuellement en train de récrire un roman fantastique sur le monde des vampires mais avec un regard plus… noir voir même plus sexuel que la version innocente que j’avais rédigé dans ma jeunesse pour transcrire la réelle vision que j’ai des sujets que j’aborde. Ma maison d’Editions est SUDARENES/PUBLILIVRE, chargée respectivement de deux domaines spécifiques : l’un pour la fantasy, l’autre pour la SF. Enfin, un dernier roman, dans un genre complètement différent, viendrai compléter mon œuvre littéraire. Ce sera un livre socio-psychologique ( que l’on retrouve finalement malgré tout dans tous mes livres et qui abordera au moyens de récit court, de contes, ou de nouvelles, le lien entre les enfants maltraités et surdoués à travers ma propre expérience, tant pour éclairer les personnes avec qui je partage des souffrances communes, mais aussi pour les parents afin de leur donner peut être quelques clefs pour identifier et réussir à comprendre par l’écriture d’un adulte, ce qu’un enfant ne peut exprimer.

Si tu ne devais emporter qu’un livre sur une île déserte ?

Alors il y a un livre qui m’a particulièrement retourné le cerveau et que j’ai beaucoup aimé récemment et qui se nomme Les Thanatonautes de Bernard WERBER. Etant très très ouvert d’esprit et curieux, c’est un livre qui mêle rationalité et SF, ramenant des concept abstrait tangibles. 

Ton style de livre préféré ?

Je n’en ai pas vraiment, c’est vraiment une histoire de feeling. Je suis passé de la nuit des temps aux dix petits nègres, en passant par Harry Potter, Twilight ou même Le Labyrinthe. Si, malgré tout un point de détail me plait, c’est que cela raconte des histoires pas réelles ou possible mais dans le futur

Des projets en cours ?

Mon projet en cours est que j’aimerai pouvoir faire traduire ma trilogie en Anglais mais c’est extrêmement onéreux. Je pense qu’elle a vraiment quelque chose à apporter mais peut être pas dans notre pays un peu réticent sur des sujets comme les thèmes que j’aborde.

Ton rêve le plus fou ?

Mon rêve le plus fou je pense serait l’adaptation cinématographique. Non pour pas la frime superficielle que cela représente mais pour tout le travail de construction auquel je pense je participerai. J’aime énormément le cinéma, les caméras, les montages, les scénarios et quoi de plus beau que de réaliser deux rêves en même temps haha

Si tu pouvais avoir un dîner en tête à tête avec un auteur (mort ou vivant), ce serait qui ?

Ouuuuf ! Elle est dure cette question ! Franchement je sais quoi répondre tellement de gens suscitent ma curiosité, de nos contemporains comme Barjavel, Werber ou JK Rowling, à nos aïeux comme Balzac ou Baudelaire ou encore plus loin comme Socrate ou même Sun Tzu. Il y en aurait même d’autres bien moins élogieux à citer mais tous ont ce point commun d’avoir laissé une trace dans l’histoire, une marque indélébile qui à changé le monde et le regard que l’on peut lui porter, pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

Format papier ou numérique ?

Papier ! Rien que l’odeur d’un livre neuf et sentant la première de couverture craquer à sa première ouverture. Et pour ceux qui penseraient à un aspect écologique, pour produire une tablette ou une liseuse, les matériaux rares nécessaire à leur production nécessite régulièrement de détruire l’équivalent d’une petite montagne. A méditer haha

Quel a été le déclic qui t’as fait prendre conscience que tu es un auteur ?

Je ne sais pas si il y a vraiment un déclic, enfin pas dans mon cas. Je pense que certains ont ce petit quelque chose d’artistique en eux depuis toujours. Dans mon cas, ma vie à toujours était un sketch. J’échappais à la douleur que je ressentais chez moi en faisant rire les autres, c’est con mais leur rires apaisés mes peines car, par empathie, je ressentais leur bonheur. Les artistes sont toujours des gens torturés. Petit lorsque j’apprenais des poésies, je ne m’intéressais pas au contenu de la poésie ni à l’histoire qu’elle racontait. J’adorais tous cet enchevêtrement de mots pour créer une rythmique, des vers, des assonances, des consonnances, des rimes. Je n’arrivais pas à mettre un mot concret dessus mais j’aimais et j’aime toujours entendre les mots battre comme un orchestre jouant sa symphonie. La poésie est une symphonie de mot, une partition lettrée. Et, à travers bien des arts auxquels j’ai gouté, par mes amis comme la musique ou le cinéma, ou par moi-même, comme le théâtre, j’ai développé un gout certains non pas pour des arts, mais pour l’art lui-même sous toutes ses formes car c’est comme si on me parlait à travers un chemin détourné, dans lequel il n’y a que quelques personnes qui perçoivent le message dissimulé derrière l’œuvre. Donc pour résumé, je ne pense pas qu’il y est de déclic, on l’a ou on ne l’a pas.

Est ce que tu es un serial lecteur qui lit des dizaines et des dizaines de livres par an ou est ce que tu es un lecteur gourmet qui prend le temps de la lecture ?

Je ne suis pas un gros lecteur. Comme je marche au feeling des fois j’ai des pointes de folies, par exemple j’ai pu lire l’ensemble des Harry Potter en une seule semaine car je revenais de voyage et avec le décalage horaire je n’avais rien à faire la nuit. Mais sinon je ne lis plus énormément, je préfère écouter car je m’attache alors à l’intention de celui qui parle et qui de temps en temps, manque un peu dans les écrits.

Tu écris de jour ou de nuit ? En extérieur ou en intérieur ? Sur ordinateur ou sur papier ?

J’écris très majoritairement de nuit, comme en ce moment pour répondre à l’interview. La nuit m’apporte cette frayeur et paradoxalement cet apaisement de l’esprit où j’ai l’impression qu’une partie de mon cerveau se repose pour laisser place à ma créativité qui prend le relais. Quant à la rédaction de mes romans, je n’écris jamais sur papier, je n’ai aucun brouillon, aucun plan. Encore une fois, tout marche à l’inspiration et au feeling. En général, lorsqu’une idée me vient, je me mets à y penser et des fois, certaines personnes, certains lieux, certaines paroles vont venir remplir les manques et le puzzle commence à prendre forme. Et lorsqu’il est complet, j’écris en une seule fois le passage que je souhaite mettre dans mon œuvre.

Pour toi, quel est le secret de l’écriture d’un bon livre ?

Tous les livres sont bons. Dire qu’un livre ne l’est pas doit être très blessant car un artiste met toujours une part de lui dans ses œuvres, un morceau de son âme, un Horcruxes diraient certains. Il faut juste que le livre entre en résonnance avec ce que nous sommes. On écrit pas pour vendre, on écrit pour notre sensibilité, notre appel, comme une bouteille à la mer, atteigne ceux et celles qui se retrouveront en parcourant les lignes de notre âme au travers des romans

Autre passion ?

J’aime beaucoup le cinéma, la musique, le chant, les soirées entre amis, rire, manger, m’émouvoir, oublier quelques secondes que nous sommes Terre et croire que c’est elle qui est à nos pieds et rêver.

Une anecdote que tu voudrais partager avec tes lecteurs ?

Eh bien je pourrais raconter comment est né mon roman. Tout part du personnage principal. Il y a quelques années, j’ai participé à un tournage pour un clip de musique mélangeant du rap, du rock et du Steam punk. Ce clip était composé de beaucoup d’effet visuel à travers des costumes éclairés par des LED inspirés directement de DAFT PUNK. L’on m’a pris alors pour incarner un personnage, que je devais composer moi-même, pourvu qu’il soit d’un air futuriste. C’est alors que j’ai créé ce personnage mi-homme et mi robot, un cyborg doté d’un casque lumineux et de gants à LED. J’ai voulu alors lui trouver une histoire, comme le font beaucoup d’artiste sous pseudonyme ou lorsque leur personnage sont atypiques. Au départ je n’avais écrit qu’une simple page résumant l’histoire et la naissance de ce personnage. Puis je me suis rendu compte que j’avais autre chose à dire dessus et de fil en aiguille, le nouvelle est devenue roman qui est devenue trilogie